Le 8 Mars journée internationale de lutte pour le droit des femmes !

08/03/2017 13:11

Cette journée est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur le continent européen et américain. Le 28 février 1909, une « Journée nationale de la femme » (National Woman's Day) est célébrée aux États-Unis à l'appel du parti socialiste d’Amérique.

L'enjeu, aujourd'hui, ne se limite pas à l'image stéréotypée des femmes. "La question centrale actuelle, c'est celle de l'application des droits des femmes".  

A l'heure où les écarts de salaires sont encore saillants, les inégalités de carrière, de temps travail, d’emploi au travail  et où les discriminations de tous genres ont toujours la peau dure, le 8 mars fait office de piqûre de rappel.

La Dares¹ a compilé les données 2014 de 252 conventions collectives couvrant un peu plus de 13 millions de salariés. Dans certaines professions, les écarts de salaire entre les hommes et les femmes tournent autour de 50 %. Chez les avocats salariés, les femmes, qui représentent 71 % des effectifs, sont payées en moyenne 49,4 % de moins que les hommes. Dans les cabinets dentaires, composés de près de 97 % de femmes, l’écart moyen de rémunération est de 43 %.

Parmi les vingt professions les moins rémunérées, treize emploient une majorité de femmes : l’esthétique, la cosmétique, la parfumerie et l’enseignement (90,6 %), la coiffure (87 %), les associations de familles rurales (83,8 %), les magasins de chaussures (80,6 %) ainsi que de vêtements (77,4 %), les établissements d’enseignement privé (77 %), les fleuristes et animaleries (76,7 %).

Parmi vingt activités recourant le plus au temps partiel, treize emploient majoritairement des femmes. Outre les cabinets dentaires et les cabinets médicaux (92% de femmes), on retrouve aussi les associations de familles rurales (84 %), dans la grande distribution (61%), les magasins de chaussures (81 %) et les magasins de vêtements (82 %).

Donc si vous êtres leur chef de service, leur directeur ou leur patron, ne leur offrez pas de fleurs ni des chocolats ni un repas : donnez leur plutôt quelques heures de votre temps pour écouter leurs revendications de femmes au travail.

Si vous êtes des femmes salariées, ou dirigeantes allez exiger de votre chef de service, votre directeur, ou votre patron qu'il consacre cette journée à vous écouter exposer vos difficultés et vos problèmes au sein de votre entreprise.

Si vous êtes des hommes, n’oubliez jamais qu’elles sont avant tout vos collègues de travail et qu’à ce titre vous ne devez jamais les rabaisser mais plutôt les aider à défendre leurs droits au travail.

 

 1 La Dares est un service statistique ministériel (SSM), et est par conséquent rattachée à l'Insee et indépendante dans ses publications du Gouvernement, grâce à l'autorité de la statistique publique.