Le carnaval a commencé !!!

16/03/2017 08:44

Il s'agit d’une vision carnavalesque d'un triste défilé qui va durer jusqu’au 7 mai 2017.

Je vois, pataugeant dans les méandres de cette élection des candidats prêts à promettre tout et n’importe quoi pour être élu. 

Dans cette troupe, de joyeux pantins, certains se présentent comme le recours pour la France. D’autres se présentent comme le candidat antisystème, d’autres comme des sauveurs avec des discours qui ne sont que des illusions.

Dans ces prétendants au poste suprême, certains essayent de faire oublier qu’ils ont participé au gouvernement pendant 3 ans et on fait voter des lois antisociales à coup de 49.3. D’autres, se disant frondeurs n’ont fait que de la gesticulation médiatique. D’autres ont déjà géré la France. D’autres qui jouent sur les peurs de nos concitoyens pour se faire élire.

Je distingue aussi quelques caméléons, tantôt bleus, tantôt roses, tantôt rouges et tantôt verts qui soutiennent un candidat chouchou des médias pour éviter de perdre leurs sièges de députés et espérer ainsi garder leurs petits privilèges.

J'aperçois aussi des âmes égarées qui pendant un temps prêchait pour une paroisse bleus, roses, rouges ou vertes.  Ils pensent qu’en soutenant le chouchou des médias, ils vont faire oublier leurs anciens prêches et ainsi pouvoir duper les citoyens pour conquérir une hypothétique place de député à l’assemblée nationale. Ils démontrent ainsi leurs vrais visages celui de leurs inconstances politiques et de leurs reniements de certaines valeurs.

Avec étonnement je remarque que tous ces âmes avances guidées par une sorte de mouton à cinq pattes qui vocifère à chaque meeting des promesses qu’il ne tiendra pas. En y regardant de plus près,on découvre qu’un jeune loup aux dents longues comme on en voit dans les livres pour enfants*, est caché dans ce troupeau sous une peau d’agneau et essai de faire croire que le renouveau c’est lui, alors qu’il n’est que l’instrument de la caste politique et capitaliste prêt à tout pour garder leurs privilèges. Mais aussi une bête immonde qui essaye de faire croire qu’elle a changé alors qu’elle avance masquée. Les belles promesses de ce jeune loup et de cette bête immonde seront éphémères et comme d’habitude le réveil sera douloureux.

Les Utopies guidant le peuple n’existent plus. On nous serre à longueur de temps dans les médias, les radios, les journaux et aussi au sein des partis politiques un discours bien rodé. Ils nous disent : on ne peut pas faire autrement, y a plus de sous, c’est la faute à la mondialisation, à l’Europe, aux immigrés, aux chômeurs, aux fonctionnaires, aux retraites etc., etc., etc.

Alors que notre histoire approuvée que l’on pouvait faire vivre l’espoir suite à des choix décisifs pour la France. Je pose la question, pourquoi ce qui a été fait après la guerre ne serait plus d’actualité, alors que le pays était ruiné après 5 ans de guerre une poignée d’hommes et de femmes on sut créer les conditions pour que le pays redémarre. Née de la volonté ardente des représentants des organisations de la RÉSISTANCE, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupées au sein du C.N.R., Le Programme du Conseil national de la Résistance a été créé. Dans ce programme des choix important  ont été fait en voici quelques-uns :

1.       La liberté et l’égalité

  • l'établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;
  • la liberté d'association, de réunion et de manifestation ;
  • le respect de la personne humaine ;
  • l'égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

2.       L’économie

  • l'instauration d'une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l'éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l'économie ;
  • l'intensification de la production nationale selon les lignes d'un plan arrêté par l'État après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;
  • le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d'énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d'assurances et des grandes banques ;
  • le développement et le soutien des coopératives de production, d'achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

3.       Le plan social

  • le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l'amélioration du régime contractuel du travail ;
  • un rajustement important des salaires et la garantie d'un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d'une vie pleinement humaine ;
  • la garantie du pouvoir d'achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;
  • la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d'un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l'organisation de la vie économique et sociale ;
  • un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l'État ;
  • la sécurité de l'emploi, la réglementation des conditions d'embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d'atelier ;
  • Une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant le revenu des salariés agricoles une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

Ces hommes et ces femmes avaient une seule idée en tête donné à leurs concitoyens l’espérance d’une vie meilleure.

Depuis cette époque beaucoup de choses se sont passés et la réalité est tout autre, c’est que le capitalisme possède les richesses et que nous sommes que des pions qu’il déplace au gré de leur besoin. Ils sont un petit nombre à accumuler les richesses pendant que les autres survivent comme ils peuvent. Pour arriver à leurs fins, Ils sont  aidés par une élite aux ordres à qui on donne quelques sucreries pour les remercier de leur dévouement.

Une petite musique sournoise commence à se faire entendre : le vote utile. Il vaut mieux voter pour un jeune loup que la bête immonde. Il vaut mieux voter contre la peste ou le choléra. Alors que chacun d’entre nous devrait choisir en son âme et conscient son candidat et ne pas écouter cette musique nauséabonde.

Pour conclure, ce piteux carnaval est la représentation d'un système politique usé jusqu'à la corde et qui fout le camp. J’attends avec impatience la fin de ce carnaval où certains diront qu’ils ont gagné et d’autres qu’ils ont perdu. Mais la fin de l’histoire sera toujours la même les citoyennes et citoyens seront les dindons de la farce et le carnaval recommencera de plus belle. 

 

Ecrit par : Alain Wallon

* Jeune loup déguisé en agneau dans la série Conte de Grimm :

" Dissimulé sous une peau de mouton, le loup se mêla au troupeau. Un agneau se mit à le suivre aussitôt conduit à l’écart, il le dévora. "